Rencontre avec un Drakkar : Brice Chauvel

Revenu depuis trois saisons au bord des plages normandes, Brice Chauvel voit son avenir chez les Drakkars sur la glace mais aussi dans le club. Agé de 36 ans, il a réalisé une très honorable fiche de 14 buts et 8 assistances la saison passée : preuve qu’il faudra compter sur lui et son expérience cette saison!

Fanatics : Brice, des rumeurs annonçaient que tu te retirerais du jeu pour te concentrer sur tes activités dans le club. Visiblement, ce n’est pas le cas.

Brice : Il n’a jamais été question que j’arrête, en tout cas pour cette année. Je suis réorientation parce qu’aujourd’hui la place de manager n’est pas viable. Le club n’a pas les moyens, et ça ne sera pas pour tout de suite. Du coup, je travaille encore sur les sponsors, sur mon réseau. Il faut que j’apporte une plus-value pour le club et aujourd’hui c’est d’entraîner la classe sportive. ça me permet de continuer de jouer , de tisser mon réseau et d’entrainer les enfants le matin et l’après-midi.

Fanatics : La validation du club en D1 n’a pas été de tout repos cette année. Est-ce que ça s’est ressenti côté sponsors, dont tu t’occupes avec Mickaël Mairand et Christian Bodin?

Brice : [Mickaël Mairand] est mon supérieur. Moi je m’occupe de ce qui est autour de l’équipe : les maillots, les baches de sponsor, leur placement. Je recherche de nouveaux partenaires bien évidemment. Lui est plus sur le côté billetterie, partenaires, le cocktail : l’accueil quoi.

On est dans un contexte économique difficile. On pensait que ça allait beaucoup mieux mais on se rend compte en parlant avec les partenaires que c’est difficile pour tout le monde. On doit faire des efforts eux et nous. Et des fois il arrive qu’on en perde, mais c’est un turn-over. Malheureusement cette année, on va perdre quelques partenaires de longue date. C’est plus embêtant pour nous parce qu’on veut fidéliser, et on perd des partenaires qui veulent venir mais qui n’ont pas forcément les moyens, ou qui ne veulent pas prendre de risque parce qu’ils sont toujours en mode crise. Mais cette année on devrait avoir plus de visibilité parce qu’on devrait gagner plus de match.

Fanatics : Avec le recul, quelle est ta vision de la saison passée?

Brice : Il y a eu plusieurs phases et le sentiment à la fin c’est d’être passé tellement proche. Malheureusement, on fait un très mauvais début de saison parce qu’on a des blessés et avec notre budget on ne peut pas prendre d’autres joueurs. Comme on joue serré avec pas beaucoup de joueurs on tire sur la corde, il y a moins de temps de repos, on s’expose au blessure. On  aurait eu tout de suite les deux nouveaux joueurs, on aurait été un peu plus compacts. Evidemment  10 défaites d’affilée, en Magnus c’est pas possible. Après on remonte la pente, mais au bout de la saison il manque deux points. Grosse frustration.

Au bout du compte je pense qu’on aurait plus eu notre place en ligue Magnus financièrement, avec la réforme de la ligue. Aujourd’hui, on est un club de D1. Même si je veux que le club réaffirme ses valeurs dans l’élite. Parce qu’on a su prouver par le passé et encore aujourd’hui qu’on peut rester en ligue Magnus. Maintenant il nous faut plus de sponsors, plus de moyens financier pour monter un projet cohérent.

Fanatics : Du coup la D1 sera plus facile pour cette nouvelle équipe de Caen?

Brice : Je sais que le niveau de la D1 est assez homogène. Ce n’est pas pour me dédouaner mais j’ai eu des échos de pas mal de joueurs. Ils m’ont dit mais attention, ce n’est pas ce que vous croyez, ça va jouer.

Concernant l’équipe, on a un niveau homogène, mais avec peu de banc et beaucoup de jeunes. Ils ont l’excitation, les jambes, ils ont tout , ils devront saisir leur chance. A nous anciens de les accompagner.

On a aussi de jeunes étrangers. Ils vont devoir montrer qu’on peut leur confier des responsabilités.  Le club de Caen est un tremplin qui permet de se mettre en valeur pour les amener autrepart. On ne peut pas garder des joueurs comme par exemple Ryan Barlock qui demandent plus d’argent et qui veulent jouer au plus haut niveau. En tout cas on a une bonne équipe, c’est intéressant avec des bons jeunes, on s’est bien préparé l’été. Karl est arrivé. On voit que c’est buteur. Luc a trouvé des joueurs qui sont complémentaires sur la ligne à chaque fois.

Fanatics : Vas-tu particulièrement encadrer les jeunes vu que tu es le doyen de l’équipe?

Brice : On a un banc réduit donc c’est important qu’on encadre les jeunes. Moi j’en ai l’expérience. C’est vrai que c’est toujours un peu difficile au début.  Ce sont des nouveaux jeunes qui arrivent donc ils ne connaissent pas tout à fait le système. On essaie de les orienter, ils font des erreurs, ça arrive. C’est un sport qui va tellement vite que tout le monde fait des erreurs. maintenant le but c’est de leur montrer qu’il ne faut rien lâcher et que toujours il y a du travail. Ça c’est plus mon rôle, je suis un joueur comme ça, on peut faire des erreurs quoiqu’il arrive, l’erreur est humaine. Et il faut au moins aller à fond, ne jamais rien lâcher.

Fanatics : Tu es au centre du troisième trio avec Alexandre Palis et David Minarik. Penses-tu que vous allez faire de belles choses?

Brice : Bien sur, si on y croit pas, il ne se passe jamais rien. Maintenant je prends un rôle de centre où je ne faisais que des piges l’année dernière. C’est un  tout petit peu difficile de me remettre dedans. Après c’est un rôle qui me plait parce que je pars de derrière, et j’ai perdu un peu d’explosivité. Ça me permet de prendre de la vitesse d’un petit peu plus bas et de travailler dans les coins.

Fanatics : As-tu un mot à relayer pour les supporters? Quelque chose qui te ferait vibrer?

Brice : A nous de gagner des matchs pour que le public revienne en masse. J’espère que le public répondra présent. On a besoin d’eux, on a besoin de vous. On ne peut pas exister sans un public et les supporters. On a vu la patinoire pleine lors des matchs contre Chamonix ou Amiens. Pour nous, ça n’a rien a voir, ça nous porte. On a besoin de gagner des matchs et le public sera présent et derrière nous.

J’ai un rêve qui est difficile à mettre en place, c’est de voir une patinoire pleine et tous en bleu et rouge! C’est pas très compliqué en soi. L’année dernière j’ai essayé de le mettre en place avec différents partenaires mais c’est un coût. Mais voir la patinoire blindée, avec une bonne ambiance, ça serait génial!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s