Rencontre avec un Drakkar : Damien Grendka

received_10207703878095500Intégré au groupe Magnus par le biais du programme CESARS, Damien Grendka est vraiment le symbole de la nouvelle formation caennaise. Pour lui, cette saison en D1 est une opportunité de progresser en prenant d’avantage de responsabilités. Il peut donc s’aguerrir et se donner des perspectives.

Habitués à le voir discuter avec les supporters, nous nous sommes facilement portés à sa rencontres

Fanatics : Comment as-tu fait le choix de resigner?

Damien : Pour moi ça s’est fait assez rapidement, déjà dans ma tête. J’ai quand même attendu de voir Luc et le président. Ca s’est fait aussi parce que je suis en formation BP JEPS (avec Thibault Geffroy) pour 2 ans. J’avais commencé l’année dernière, pour moi c’était clair que je voulais rester ici à 100%.

Fanatics : Quelle est ta vision sur la saison passée?

received_518631601635419Damien : C’était un début de saison assez mitigé, parce qu’on perd pas mal de matchs. On a pas mal de blessés donc ça nous coûte pas mal de points, notamment les deux points qui nous empêchent de faire les play-offs. Même si on fait une belle remontée, on a pas réussi à aller chercher le point en prolongation, aux tirs au but, c’est ce qui nous a manqué. Après en play-downs, Lyon, c’était une équipe qui n’avait rien à faire en play-downs la saison dernière. Ils ont vraiment connu une fin de saison très difficile et c’est ce qui les a amenés ici. Mais ils avaient leur place en play-offs.

Fanatics : Ton attachement au club et au hockey date de ta formation?

received_10207703878175502Damien : Le hockey, c’est dans la famille depuis assez longtemps puisque mon père faisait du hockey, notamment à Caen (voir la fiche elite prospects de Sylvain Grendka). J’ai essayé le hockey, ça m’a plu. J’ai essayé quelques autres sports à côté, c’est quand même le hockey qui a dominé mes choix. J’étais vraiment heureux de monter sur la glace. En terminale, je me suis inscrit en CESARS , ça m’a permis de m’entrainer avec l’équipe première. A l’époque c’était Bertrand (Pousse, entraineur de 2010 à 2012 ndlr) mais c’est la première année où j’ai pu intégrer un peu le groupe pro. Sans faire tous les entraînements parce que j’avais quand même les cours à côté. Mais ça m’a permis de m’intégrer. Ça m’a aussi permis d’avoir mon bac un peu plus facilement : j’étais obligé de travailler pour pouvoir monter sur la glace. C’est quand même une petite carotte et j’en avais besoin à ce moment-là.

Fanatics : Comment décrirais-tu ton style de jeu?

received_527205277444718Damien : Je dirais centre défensif. Je ne suis pas celui qui va mettre 30 buts dans la saison. Je suis plus celui qui va travailler à l’arrière avec les défenseurs pour propulser les ailiers vers la cage adverse. Pour l’attaque, je me suis entraîné cet été pour pouvoir utiliser un peu plus mon gabarit. A tous les entraînements, j’essaie de me perfectionner là-dessus, pour percer, pour élever mon niveau de jeu. Mais si je suis un peu perdu, je retourne vers mon rôle de centre défensif et ça revient assez rapidement.

Fanatics : Cette saison le club inaugure un partenariat avec Rouen pour que des jeunes Rouennais viennent prendre du temps de jeu en D1 (Aurélien Dorey et Vincent Nesa). En tant que que jeune de la formation Caennaise, n’as-tu pas senti comme une « concurrence déloyale »?

received_10207703879215528Damien :  Non, on le savait avant de resigner et c’est que du bonus de jouer avec des joueurs comme ça. Parce que même s’ils sont jeunes ils ont quand même connu à Rouen une grosse écurie de Magnus qui forme de très bons joueurs. Ça permet d’apprendre un peu plus aussi. On est là pour gagner sa place à chaque entrainement, chaque match. Que tu viennes de Rouen ou d’ailleurs c’est la même chose. Nous on veut faire le meilleur match possible, et gagner un maximum de match.

Fanatics : Qu’as-tu envie de dire aux supporters?

Damien : Qu’ils continuent à venir nous voir en masse à la maison. Et aussi je voudrais remercier ceux qui viennent à l’extérieur. Ça fait toujours du bien d’avoir un public qui vienne nous voir jouer à l’extérieur notamment à Tours et Cholet. Ça fait du bien de se sentir soutenu tout le temps. A domicile, j’aimerais bien voir une dernière minute où tout le monde crie, fait du bruit, gueule! un maximum de bruit dans la dernière minute qu’on gagne, qu’on perde. Quand y’a tout le public qui le fait c’est excellent!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s