Rencontre avec un Drakkar : Axel Guezet

received_10207846610383718Axel Guezet c’est le signe du renouveau Caennais. Une nouvelle génération fortement influencée par Luc Chauvel puisqu’il a mis en place les bases de la Formation Caennaise et intègre maintenant ces jeunes à l’équipe. Energique, bon patineur, Axel dispose également d’un gabarit intéressant qui pourrait l’aider à se distinguer chez les seniors. Il nous explique simplement son parcours et ses premières impressions.

Fanatics : Axel, comment s’est passé la signature?

Axel : En fait je n’ai pas signé! J’ai fait un bon camp d’entrainement du coup Luc m’a pris dans l’équipe. A la base je venais pour la D3 qui remplace l’équipe U22. Les premiers matchs à ce niveau, il y a quand même de la peur. Surtout à Caen, avec les gens qu’on connaît on est obligés de se surpasser plus. Ca s’est bien passé pour moi, avec un but à Bordeaux. Et puis il ya les supporters! Avant je n’étais pas habitué. Il y avait trois personnes dans les tribunes. Franchement c’est motivant.

Fanatics : Du coup c’est peut être rassurant de jouer avec d’anciens U22?received_527211387444107

Axel : Je joue avec des joueurs que je connais ça aide de savoir un peu ce qu’ils ont en tête. Derrière tu n’as pas peur de te faire engueuler comme avec des anciens. Ils connaissent ça ils sont moins sévères en cas d’écart.

Fanatics : Quel est ton parcours de formation?

Axel : Je suis originaire de Mondeville. Ma grand-mère m’a emmené à la patinoire parce qu’elle connaissait Thérèse (Pillet), qui entraîne l’école de hockey. C’était une de ses collègues de boulot. Du coup j’ai essayé. Je suis tombé, je me suis relevé, je sus retombé… et puis voilà!

received_10207846617383893J’ai joué aussi une année à Rouen en U15 pour évoluer à plus haut niveau mais je suis revenu parce que ça ne s’est pas trop passé au niveau scolaire. Aujourd’hui ça m’aurait plus de rejoindre une grosse équipe U22, mais je ne suis pas prêt à partir de chez moi : on est mieux chez soi que dans une famille d’accueil ou dans un internat. Du coup les CESARS étaient une opportunité pour moi. J’ai fait deux ans : seconde et première. Ça m’a apporté parce qu’on a de la muscu et plus de temps de glace. Sur le plan scolaire c’était difficile. Motivant mais difficile parce qu’après l’entrainement du matin, tu n’as pas forcément envie d’aller en cours.

J’ai fait un BEP espaces verts mais j’ai arrêté avant de passer le bac. Maintenant je travaille en tant qu’éducateur socio-sportif en contrat avenir. Et je pense faire un BP JEPS.

Fanatics : Comment décris-tu ton style de jeu?

received_518631258302120Axel : Je suis plus un passeur qu’un buteur, parce que quand je tire et que je loupe je me sens mal par rapport à l’autre qui aurait pu faire un bon jeu. Même si des fois je devrais tirer. Et je mets beaucoup d’énergie dedans, du coup je patine tout le temps, je reviens… plutôt un profil d’ailier rapide.

Fanatics : Ton numéro de maillot a une histoire?

Axel : Le 24 c’est un choix secondaire. Moi j’avais le 12 mais David l’a pris. Il est plus vieux c’est normal. Alors le 24 c’est le double et c’est aussi mon jour de naissance. Le 12 c’est mon numéro fétiche depuis que je suis jeune.

 

Fanatics : Un mot pour les supporters? Qu’est-ce que tu attends d’eux?

Axel : Encore plus de monde et pourquoi pas un ou deux maillots avec mon nom là-dedans! Continuez de venir, on vous adore et vous êtes super

Crédits Photos : Fanatics pour les photos d’interview et Clémence La Scala pour les photos de match

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s