Retour à Cholet pour le happy end

Les Drakkars nous ayant fait un match de folie hier, il est impossible pour nous de ne pas voir la suite de l’aventure.
Pourtant il nous faut reprendre la route pour ramener ceux qui ont des obligations ce dimanche… c’est donc une longue suite de messages, d’appels, de sms à des heures tardives qui nous ont permis de recomposer en urgence un équipage de 12 partants pour quelques heures de route et surtout quelques heures de tension et d’émotion.

Bruno, Christophe, Béa compose la ligne de Tinchebray.
Annick, Jessica, Michel, Annie, Fabien, Benoît, Jean-Nicolas, la petite mascotte Angèle et pour finir Natacha, ont pris la route à 12h30 en direction de…. l’aire du Mont Saint Michel. Le déjeuner et le café pris, tout le monde est vaillant pour la dernière ligne droite.
La pauvre petite Angèle prise par le sommeil nous a fait la surprise d’un retour de déjeuner qui a inondé les vêtements. Heureusement la gentillesse des copains et la présence d’un sèche-linge dans une station service ont rendu le reste du voyage moins pénible.

La voiture partait en éclaireur, pour être surs d’avoir les places aux 1ers rangs pour accrocher drapeaux et tambours. Mais étrangement, c’est le minibus qui s’est garé le 1er dans l’immense parking de la patinoire. Il semblerait qu’un panneau de signalisation ait joué à cache-cache… poussant Michel à faire un peu plus de route que prévu.

La surprise, désagréable surprise, a été d’apprendre qu’il nous faudrait payer nos places. Pire, la billetterie choletaise demandait que l’on présente les billets de la veille pour obtenir un tarif réduit. Un des membres du staff nous a heureusement reconnus et a facilité notre entrée. « Heureusement », parceque la plupart d’entre nous avait vidé les poches en rentrant à la maison dans la nuit !

DSC_0453Il y a nettement moins de monde dans la patinoire, et l’apport de voix fraîches permet de faire résonner la « cohorte » jusqu’au banc des joueurs dont le banc est à l’opposé dans la patinoire.
Mais c’est devant notre goal qu’il faut d’abord serrer les rangs puisque les Dogs attaquent fort d’entrée de jeu.
Concentré, il a bien mérité son trophée hier et aujourd’hui encore il est exemplaire.


Les fiers Drakkars n’entendent pas se laisser malmener et tiennent la dragée haute ce qui a le don de déstabiliser l’adversaire.


Une fois le travail de sape effectué, l’armada offensive s’est mis en place.DSC_0191.1 Pressante. Physique. Ne répondant pas à l’agressivité quand ce n’est pas nécessaire.


Sérieux jusqu’au bout les Drakkars ne se sont fait remonter que sur ce que nous avons vécu comme des injustices : un but sifflé dedans alors que le palet n’avait pas encore franchi la ligne et un but marqué lorsque notre gardien se faisait malmener : la crosse, projetée au sol lors d’un contact, était repoussée du patin afin qu’il ne puisse pas la rattraper, et lorsqu’il y parvient enfin, le joueur des dogs marche sur la crosse ce qui empêche Quentin de se relever à temps pour éviter l’égalisation.


Après quelques minutes de flottement, le navire a repris sa course et c’est sur ce 2-2 que la rencontre régulière s’est terminée.
La prolongation montre un autre visage des Caennais : plus attentistes, très sérieux en défense. On les sent prêts à aller aux tirs au buts s’il le faut : la confiance en Quentin est absolue. Objectifs et réactifs, le contre mené par le duo infernal, voit tous les espoirs des Caennais se réaliser.

André mérite bien son trophée.
DSC_0461
Le président Rodolphe a le coeur serré par la fin de saison un peu écourtée mais plus encore par le départ en retraite de joueurs fétiches du club. La voix teintée d’émotion. C’est dur de voir partir des légendes.

Le partage des joueurs avec le supporters surexités est dantesque.
DSC_0475.1Une rage folle les habite : ils sont prêts à tout donner pour les 1/2 finales contre les Angloys.


Dans les minutes d’attente à la sortie de la patinoire, on prévoit déjà : qui est partant ? quel véhicule on prend ? à quelle heure on part ?….


Gagner mercredi et gagner samedi, un impératif pour les partants puisque nous ne pourrons pas rester pour un éventuel match dimanche, cause professionnelle oblige.

Go Drakkars go !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s